Twitter marque une vidéo tweetée par Trump comme un média manipulé

Twitter a signalé jeudi une vidéo tweetée par le président Donald Trump comme «un média manipulé», ajoutant à nouveau une étiquette de vérification des faits aux tweets du président.

Le tweet sans légende - qui, au moment de la rédaction de cet article, a été visionné par plus de 5 millions de fois et aimé par plus de 200 000 utilisateurs - présente des images virales sur Internet d'un enfant noir et blanc en train de se serrer dans ses bras. Cependant, le clip partagé par le président a été trafiqué pour accuser les médias de répandre de la désinformation raciale et provocante et est recouvert d'un faux chyron CNN qui se lit comme suit: «Un enfant terrifié fuit un bébé raciste. La vidéo se termine par le message: «L'Amérique n'est pas le problème. Les fausses nouvelles sont. Vous seul pouvez éviter les incendies de fausse benne à journaux. »

pic.twitter.com/vnRpk0zl5y

- Donald J.Trump (@realDonaldTrump) 19 juin 2020

Un porte-parole de Twitter a déclaré à Digital Trends que le tweet était en violation de la politique de l'entreprise sur les «médias synthétiques et manipulés» et qu'il avait donc été signalé «pour donner aux gens plus de contexte». Il convient de noter que cette fois, Twitter n'a pas désactivé la vidéo, n'a pas non plus empêché les gens de la retweeter ou de l'aimer et à la place, a simplement giflé une étiquette qui redirige le lecteur vers sa politique médiatique manipulée.

En réponse, le responsable des communications de CNN a déclaré que le réseau avait couvert l'histoire il y a un an «exactement comme cela s'est passé». "Nous continuerons à travailler avec des faits plutôt que de tweeter de fausses vidéos qui exploitent des enfants innocents", écrit-il dans le tweet.

Plus tôt dans la journée, Facebook, qui a fermement pris position contre les publicités politiques de vérification des faits, a supprimé les publicités de la campagne Trump pour avoir utilisé un symbole lié aux nazis. Le géant des médias sociaux a déclaré que les publicités «enfreignaient notre politique contre la haine organisée». «Notre politique interdit d'utiliser le symbole d'un groupe haineux interdit pour identifier les prisonniers politiques sans le contexte qui condamne ou discute le symbole», a ajouté un porte-parole de Facebook.

Le 5 juin, Twitter avait également supprimé des vidéos publiées par deux des profils de campagne de réélection de l'administration Trump, Team Trump et Trump War Room, pour violation du droit d'auteur jeudi. Quelques semaines avant cela, la société de médias sociaux a censuré les tweets de Trump et de la Maison Blanche sur le Minnesota pour «glorification de la violence».

Le président Trump n'a pas encore publié de déclaration sur le dernier retrait de Twitter. Nous avons contacté l'administration Trump pour obtenir un commentaire et nous mettrons à jour l'histoire lorsque nous vous répondrons.