Une publication sur Facebook datant de deux ans pourrait entraîner une peine de prison pour un visiteur à Dubaï

Les commentaires publiés sur Facebook il y a deux ans et demi pourraient entraîner une peine de prison pour la Britannique qui les a écrits.

Les autorités des Émirats arabes unis ont arrêté la femme alors qu'elle était entrée à Dubaï le mois dernier pour assister aux funérailles de son ancien mari, a déclaré le groupe de campagne Détenu à Dubaï.

Dans l'un des commentaires présumés, la Londonienne Laleh Shahravesh, 55 ans, a décrit son ancien mari comme un «idiot» après l'avoir quittée pour une autre femme, tandis que dans un autre commentaire, elle a qualifié sa nouvelle épouse de «cheval». Shahravesh a publié les messages en 2016 alors qu'il vivait au Royaume-Uni

Les lois strictes des EAU sur Internet signifient qu'une personne peut être punie pour avoir fait des remarques diffamatoires sur les réseaux sociaux, quel que soit l'endroit où elle se trouve au moment de la publication. Outre une possible peine de deux ans de prison, Shahravesh pourrait également être condamné à une amende pouvant atteindre 65 000 dollars.

Dans des commentaires rapportés par Détenu à Dubaï, Shahravesh a déclaré récemment: «J'ai mal réagi. J'ai fustigé et écrit deux commentaires désagréables sur sa nouvelle épouse sur sa page Facebook. Je sais que je n'aurais pas dû. J'aurais dû mieux me comporter, mais je me suis senti en colère, trahi et blessé.

Shahravesh était mariée à son mari depuis 18 ans et a vécu à Dubaï pendant huit mois avant de retourner au Royaume-Uni en 2016 avec sa fille de 14 ans.

Les plans pour que son mari rejoigne la famille au Royaume-Uni quelques mois plus tard ont rapidement été déçus lorsqu'il lui a dit qu'il voulait mettre fin au mariage. Peu de temps après, Shahravesh a vu un message sur Facebook révélant qu'il s'était remarié. En voyant des photos du couple nouvellement marié, Shahravesh aurait écrit, en farsi: «J'espère que vous irez sous terre, idiot. Merde, »avant de poursuivre avec une remarque sur la nouvelle épouse de son ex-mari qui disait:« Tu m'as laissé pour ce cheval. »

La mariée a signalé les messages aux autorités de Dubaï, selon Détenu à Dubaï.

Après la mort du mari d'une crise cardiaque en mars 2019, Shahravesh a emmené sa fille à Dubaï pour les funérailles afin qu'elle puisse dire un dernier adieu à son père. Après l'arrestation de sa mère, l'adolescente est retournée au Royaume-Uni pour être soignée par des proches.

La BBC a rapporté que Shahravesh a été libérée sous caution jusqu'à sa comparution devant le tribunal le 11 avril. Son passeport a été saisi par des fonctionnaires pour s'assurer qu'elle ne fuit pas le pays.

Dubaï est une destination touristique populaire pour les voyageurs internationaux, avec près de 16 millions de visiteurs qui y réservent des séjours à l'hôtel en 2018. Mais il est probable que peu d'entre eux connaissent les lois strictes de l'État régissant le contenu des médias sociaux.

«Les visiteurs de Dubaï ignorent à juste titre qu'ils pourraient être emprisonnés pour une publication sur Facebook ou Twitter faite hors de la juridiction des EAU, et faite il y a des années», a déclaré Radha Stirling, PDG de Detained In Dubai, dans un communiqué. «Les lois sur la cybercriminalité des EAU s'appliquent de manière extraterritoriale et rétroactive.»

Le ministère britannique des Affaires étrangères enquête actuellement sur l'affaire.