Facebook supprime les faux comptes russes avec près d'un million d'abonnés

Facebook a supprimé plus de 500 faux comptes de Facebook et Instagram avec des liens russes. Le jeudi 17 janvier, Facebook a supprimé 471 comptes Facebook et 41 pages Instagram pour «comportement coordonné inauthentique» - ou pour avoir été malhonnête sur les origines et l'intention du compte. Les comptes faisaient partie de deux efforts distincts, l'un lié aux employés de l'agence de presse russe Sputnik et l'autre au comportement similaire à celui de l'Agence de recherche Internet.

Dans le premier groupe, la société de médias sociaux a supprimé 364 pages et comptes. Alors que les Pages disaient généralement qu'il s'agissait de pages d'informations indépendantes ou de pages d'intérêt général, Facebook affirme que les administrateurs et les propriétaires de comptes avaient des liens avec des employés de Sputnik, une agence de presse basée à Moscou. Originaire de Russie, le groupe opérait dans les pays baltes, en Asie centrale, dans le Caucase et dans les pays d'Europe centrale et orientale.

Facebook affirme que certaines de ces pages ont partagé des articles sur «le sentiment anti-OTAN, les mouvements de protestation et la lutte contre la corruption». Environ 790 000 utilisateurs de Facebook ont ​​suivi les comptes. Outre les publications organiques, le groupe a dépensé environ 135 000 $ en publicités (payées en euros, en roubles et en dollars américains) entre octobre 2013 et janvier 2019. Le groupe a également répertorié 190 événements en ligne, à partir d'août 2015.

Facebook dit avoir découvert les faux comptes en raison de rapports open source et de partenaires Facebook.

Dans le deuxième réseau de faux comptes, Facebook a supprimé 107 pages, groupes et comptes ainsi que 41 comptes Instagram. Ce groupe, selon Facebook, est également originaire de Russie, mais opère principalement en Ukraine. Alors que les comptes publiaient des actualités ukrainiennes, un conseil des forces de l'ordre américaines a lancé l'enquête sur Facebook.

Le réseau comptait au total 26 pages, 77 comptes, quatre groupes et 41 profils Instagram. Au total, le groupe comptait 180000 abonnés sur Facebook et 55000 sur Instagram. Le groupe a également dépensé 25 000 dollars en annonces, payés en roubles.

Facebook affirme que le deuxième groupe a présenté un comportement similaire à celui de l'Agence de recherche Internet et à l'activité basée en Russie lors des élections de mi-mandat aux États-Unis. Facebook a depuis supprimé des groupes de comptes avec des liens vers la Russie à plusieurs reprises.

«Bien que nous progressions dans l'élimination de ces abus, comme nous l'avons déjà dit, c'est un défi permanent car les personnes responsables sont déterminées et bien financées», a écrit Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook. «Nous devons constamment nous améliorer pour rester en tête. Cela signifie développer une meilleure technologie, embaucher plus de personnes et travailler plus étroitement avec les forces de l'ordre, les experts en sécurité et d'autres entreprises. Leur collaboration a été essentielle à ces enquêtes.

Facebook continue d'examiner le contenu non publicitaire de ces groupes. L'entreprise dit qu'elle mettra à jour les utilisateurs s'ils découvrent des détails supplémentaires.