AT&T s'est associé à la NSA pendant des années pour aider les efforts d'espionnage

att argent blanchiment amende dea à amp tMike Mozart / Flickr Verizon a enfin un atout qu'il peut jouer de manière fiable contre son principal rival AT&T. Peu importe à quel point les choses tournent mal, au moins Verizon n'est pas celui qui a aidé la National Security Agency (NSA) à espionner le trafic Internet. Selon un nouveau rapport incroyablement détaillé publié à l'origine par le New York Times, de nouveaux documents de l'agence gouvernementale révèlent qu'AT & T est au lit avec le gouvernement américain depuis 2003, formant une relation «hautement collaborative» basée sur «l'extrême volonté du géant des télécommunications aider."

Selon les dernières révélations, AT&T a permis à la NSA d'accéder à «des milliards de courriels» et a également «fourni une assistance technique» dans une mesure qui a finalement permis à l'agence de surveillance d'écouter toutes les activités Internet qui ont eu lieu au siège des Nations Unies, commodément un Utilisateur AT&T (rappelez à quelqu'un d'annuler cet abonnement dès que possible).

Plus inquiétant encore est l’apparente empressement avec lequel la société de télécommunications a aidé le gouvernement américain dans ses efforts. Dans un document précédemment classifié, il est rappelé aux agents de la NSA d'être cordiaux chez AT&T - «Il s'agit d'un partenariat, pas d'une relation contractuelle», lit-on dans le rapport.

Au cours des 10 années entre 2003 et 2013, la NSA a réussi à établir ce qu'elle a décrit comme une «présence« en direct »sur le net mondial», avec un accès à quelque 400 milliards d'enregistrements de métadonnées Internet au cours des seuls premiers mois, grâce à AT&T. Quelque 1 million de courriels ont été envoyés quotidiennement au siège de l'agence à Fort Meade, dans le Maryland, a rapporté le Times, et en 2011, une montée en puissance des méthodes de surveillance de la NSA a conduit à l'acquisition de quelque 1,1 milliard d'enregistrements d'appels téléphoniques nationaux par jour.

Le programme avec AT&T, nommé Fairview par la NSA, a coûté 188 milliards de dollars à l'agence, soit le double du montant dépensé pour le programme suivant le plus robuste dans le même but. Alors que la dénonciation d'Edward Snowden en 2013 a rendu plus difficile la détermination de l'étendue de la relation entre le leader des télécommunications et l'agence gouvernementale aujourd'hui, l'exhaustivité de leur partenariat, jusqu'alors inconnue du public, a certainement soulevé des drapeaux rouges partout.

Dans une interview accordée au Times, le porte-parole d'AT & T, Brad Burns, a insisté: «Nous ne fournissons volontairement aucune information aux autorités chargées de l'enquête, sauf si la vie d'une personne est en danger et que le temps presse.» Il n'a pas fourni de détails supplémentaires, mais il semble difficile d'imaginer que des volumes de trafic et de données aussi importants soient tous directement et immédiatement applicables à la mise en danger de vies humaines.

Au cours de sa décennie de collaboration documentée, la NSA a recueilli «d'énormes quantités de données» (dont 60 millions de courriels de l'étranger vers l'étranger par jour en 2013), le tout grâce à AT&T. Donc, si vous envisagez de changer d'opérateur, vous voudrez peut-être prendre en compte le dernier rapport du Times pour faire votre choix.