Facebook pour lutter contre les discours de haine dans les publicités, la répression des électeurs

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré que le réseau social modifierait plusieurs politiques de modération de contenu après qu'un certain nombre de grands annonceurs se sont engagés à boycotter l'entreprise. Dans un renversement majeur, Zuckerberg a déclaré que la société interdirait les discours de haine dans les publicités payantes sur la plate-forme et commencerait à sévir contre les publications nuisibles de personnalités publiques.

Zuckerberg a révélé les changements dans une vidéo et une publication sur Facebook, où le PDG a déclaré que le réseau social «interdisait une catégorie plus large de contenu haineux dans les publicités».

"Plus précisément, nous étendons notre politique relative aux annonces pour interdire les allégations selon lesquelles des personnes d'une race, d'une ethnie, d'une origine nationale, d'une appartenance religieuse, d'une caste, d'une orientation sexuelle, d'une identité de genre ou d'un statut d'immigration spécifiques constituent une menace pour la sécurité physique, la santé ou la survie de autres. Nous étendons également nos politiques afin de mieux protéger les immigrants, les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile contre les publicités suggérant que ces groupes sont inférieurs ou exprimant du mépris, un renvoi ou un dégoût à leur égard.

Zuckerberg a également déclaré que Facebook commencerait à étiqueter le contenu laissé sur la plate-forme même s'ils enfreignent les politiques de modération lorsqu'ils sont jugés dignes d'intérêt. Le PDG, cependant, a précisé qu'il n'y aura pas d'exemption pour les messages incitant à la violence ou supprimant le vote - un tel contenu sera supprimé, même s'il est dit par un politicien ou un fonctionnaire du gouvernement.

Parmi les autres changements à venir sur Facebook, citons la création d'un centre d'information sur le vote qui partagera les informations sur le vote, et des mesures supplémentaires pour lutter contre la suppression des électeurs, telles que la suppression rapide des fausses déclarations sur les conditions du scrutin dans les 72 heures précédant le jour du scrutin et l'interdiction des publications qui faussement affirment que les agents ICE inspectent les papiers d'immigration.

Boycott des annonceurs Facebook

Les changements font suite au plus grand boycott publicitaire de Facebook, en raison de la façon dont il a géré la publication du président Donald Trump sur les manifestations de Minneapolis déclenchées par le meurtre de George Floyd, qui a été bloqué et étiqueté sur Twitter pour «glorification de la violence». À l'époque, Facebook avait refusé d'étiqueter ou de supprimer le même message sur la page Facebook de Trump. Zuckerberg a personnellement défendu la décision à plusieurs reprises.

La campagne, officiellement intitulée Stop Hate for Profit, demande au réseau social de «lutter contre le racisme sur ses plateformes».

Unilever et Verizon font partie des grandes marques qui ont retiré des publicités du réseau social, rejoignant le fabricant de crème glacée Ben & Jerry's, la société de production Magnolia Pictures et les détaillants Eddie Bauer, REI, Patagonia et The North Face, entre autres.